Voyage foireux!

De Hitchwiki
Aller à : navigation, rechercher

C'était en janvier 2010! Nous venions de finir nos examens et nous avons décider de partir à 4 rejoindre un ami qui habitait alors a Entrevaux, petit village des Alpes Maritime, dans le sud de la France à environs 1200km de Louvain-la-Neuve. Nous décidons donc de scinder le groupe en deux : Elise et Pierre partiront le samedi matin et Corentin et moi, on prévoit de partir le dimanche matin! Pour célébrer la fin des examens, nous guindaillons samedi soir et, bien entendu, nous ne nous levons pas le dimanche matin, ce qui retardera notre départ jusqu'aux alentours de 18h, heure à laquelle il fait déjà noir et en plus, la neige commence a tomber, ça commence bien!

Dimanche 24 janvier

Nous nous installons donc à l'entrée de la E411 avec notre belle pancarte LUX, persuadé d'être prit rapidement, vu que c'est un excellent endroit! Mais non, nous devons attendre une bonne heure avant qu'un chauffeur s'arrête et nous emmène jusqu'à la station service suivante, 20km! Une fois arrivé sur place, nous avons froid donc nous allons prendre notre premier café de la nuit. La station service n'est pas hyper fréquentée, mais bon, ca reste tout à fait jouable. Le seul problème est la neige qui tombe de plus en plus fort... Nous nous plaçons sur la bretelle d'accès, nous demandons aux conducteurs quand c'est possible et nous montrons notre pancarte sinon mais il nous faut tout de même deux heures de patience avant qu'un jeune flamand assez sympa s'arrête! Il nous racontera qu'il construit des bateaux aux Luxembourg... Il gère aussi une société de gros bateaux cargo. Il nous déposera au Luxembourg vers 22h.

Lundi 25 janvier

Nous arrivons donc dans une belle station service du Luxembourg, petit café, petits repérages, et nous nous installons dans notre endroit. Mais malheureusement, bien que la station soit d'une taille respectable, il n'y a pas beaucoup de circulation du tout. A cause de la neige sans doute, et puis nous sommes quand même tard, la veille d'un jour de semaine... Bref nous attendons, la neige s'accumule a vue d'oeil, il devait bien avoir déjà 10cm! Quelques bus remplit d'étudiants qui vont au ski passent, mais les voitures sont peu nombreuses! Nous attendrons finalement pendant 3 heures avant qu'un jeune type étrange nous prenne. Il nous raconte un bout de sa vie, nous dit qu'il vient d'aller voir sa copine, se contredit une fois ou l'autre et nous dépose moins de 100km plus loin, entre Thionville et Metz. Bien que nous n'ayons pas beaucoup avancé, le voyage a tout de même duré deux heures... foutue neige! Il nous dépose dans une pompe à essence énorme... mais déserte! Nous comprenons vite qu'on a pas mal de chance de passer le reste de la nuit coincé ici. Dès que nous voyons des phares se rendre vers nous, nous reprenons espoir. Souvent l'espoir retombe quand nous remarquons que c'est une saleuse! Malgré tout la bonne humeur reste de mise. A 7h du matin un petit peu de baume au cœur : le petit shop ouvre et nous achetons à boire, à manger, et deux cafés! Finalement, nous décollerons de là vers 9h du matin, après 6h d'attente (record personnel égalé!). Un jeune travailleur de Veolia nous prend et nous dépose pas beaucoup plus loin, entre Metz et Nancy, dans, encore une fois, une très belle station service. Bonne nouvelle : la neige s'est arrêtée de tomber, les saleuses ont bien travaillées, la route est dégagée! Mais les voitures ne sont pas très fréquentes en ce lundi matin du mois de janvier! Encore une fois nous savons que nous allons certainement galérer. Nous nous plaçons très stratégiquement : toutes les voitures doivent passer devant nous, ont la place pour s'arrêter et tous les gens à pied passent à coté. Nous interpellons chacune des voitures, nous demandons à chaque piéton mais ce n'est qu'après 8 heures d'attente (record personnel battu!) qu'une gros bonhomme accepte de nous prendre, nous n'y croyons plus! Il est donc 18h quand il nous prend et nous déposera un peu avant Lyon, c'est une bonne nouvelle! Il nous raconte qu'il est restaurateur (nous lui disons que nous n'avons pas encore mangé!), qu'il était à la tête d'un restaurant 2 ou 3 étoile à Lyon (nous lui disons que la nourriture sur autoroute est mauvaise!) Mais qu'il l'a remit il y a quelques années et maintenant il tient un restaurant, tout aussi bon, mais pas étoilé dans le coin (nous lui disons d'arrêter de parler de nourriture parce que ça nous donne faim...). Mais malgré nos allusions il nous déposera comme convenu un peu avant Lyon sans nous avoir offert à manger : dommage, c'est pas faute d'avoir essayé! La station service est en travaux, c'est jamais bon! On cherche la sortie mais on ne trouve pas : la poisse continue! Mais soudain, une camionnette aussi perdue que nous s'arrête, nous demande la sortie et nous leur repondons

-blabla ... autostoppeur blabla... nous aussi on va par là blabla...

Et hop, on est embarqué jusqu'à notre sortie d'autoroute, celle de Loriol. Ils nous déposent sur le bord de l'autoroute, nous dans un endroit super dangereux, puis le long d'une nationale pas éclairée, dangereux aussi, mais un peu moins! On cherche notre direction, on trouve pas, on va demander dans une pizzeria, ils répondent! On mange une pizza et puis on continue notre route, il nous reste encore 300km sur des nationales et (souvent) des départementales (mauvais choix de quitter l'autoroute!)... A partir de maintenant on se fait prendre rapidement, mais sur des petites distances : 10-20 km à chaque fois! Un couple de vieux, deux racailles, une bonne (pas la servante qui nettoie les châteaux, non, celle qui roule en mini-cooper!), une post-soixante-huitarde et une factrice. En fait presque chaque voiture qui est passée s'est arrêtée! On arrive à Die aux alentours de minuit.

Mardi 26 janvier

On croise un bar ouvert, et on entre boire un verre, la chance est revenue donc nous fêtons ça. Mais nous reprenons assez vite la route, il nous reste quand même 200km de départementales à faire, au milieu de la nuit, avec 50cm de neige au sol et la route qui s'élève en altitude... Avec en plus de ça la gueule de bois de l'avant veille et la nuit blanche de la veille. Le temps de se remettre en route, de s'installer au rond point de sortie de Die, il est bien 2h du matin. On attends, mais rien ne vient! une demie heure plus heure : première voiture! elle passe devant nous, ne ralentit pas et continue sa route! Et puis deux minutes plus tard on le voit revenir, il avait fait demi tour! il nous demande si on fait de stop? - oui - A cette heure ci? - ...oui! Et il nous prend jusqu'à Luc en Diois. Il roule vite et, même si la route est dégagée, c'est pas rassurant vu le demi mètre de neige qu'il y a sur les bords. Mais nous arrivons entier à destination! Nous nous mettons bien en place, arrangeons nos sacs, dégageons la neige autour de nous, puis pour les voitures : tout est prêt! Mais aucune voiture ne passe en deux heures... Il devait être 4h30 quand nous avons perdu espoir! 35heures de stop, une nuit blanche, une soirée avant le départ, du froid, nous étions mort de fatigue! Nous avions chacun un sac de couchage, mais pas de tente. Impossible de dormir à la belle étoile avec les 50cm de neige au sol et la très fine neige qui tombait encore, il devait faire -10°C cette nuit là! Nous nous sommes donc installé à deux, chacun dans notre sac de couchage (habillé, avec chaussures et tout!) dans une de ces cabines téléphoniques France Télécom : on était serré! C'était pas confortable mais on a réussi à somnoler deux bonnes heures. A notre réveil la cabine était recouverte de buée, et cette buée avait gelée, il était impossible de voir l'extérieur! On est sorti de notre abri et le café de la place était ouvert et après un bon petit déjeuner, un brossage de dents aux toilettes, on est reparti pour les 180km restant! En 5 voitures ils étaient fait, on est arrivé à Entrevaux à 16h, nous avons donc mis 48h pour faire 1200km : 25km/h de moyenne, c'est lamentable, mon pire trajet je pense!

Pour l'anecdote, on est arrivé, on à fait une sieste, puis le soir on a fait une petite fête et puis on a dormi. Le mercredi matin ils sont parti skier, moi je devais rentrer en Belgique, je suis donc resté moins de 5h éveillé chez mon pote... Peut-être que je raconterai le retour un jour, mais il est plus classique, j'ai repris l'autoroute à Nice, je suis tombé sur un camionneur belge qui cachait chez lui un fugitif, une bande de demi-racailles (2 mecs - 2 filles) qui m'ont invités a sortir en boite avec eux, une pompe a essence (juste au sud de Lyon) qui était fermée mais dedans il y avait le pompiste, 6 gendarmes et 2 putes (ouais, ça c'était drôle...), Un mec qui m'a prit en stop (dans cette pompe) qui connaissait des potes à moi et puis je me suis fait arrêter par les douanes pour avoir marché sur un trottoir interdit aux piétons, un TROTTOIR INTERDIT AUX PIÉTONS!!!!