Tour en Pologne, Slovaquie et République Tchèque

De Hitchwiki
Aller à : navigation, rechercher

Projet de départ

Nous sommes un groupe de 4 amis qui avions pris la décision de prendre des vacances après les examens de septembre 2007. Nous hésitions entre l'Irlande ou l'Europe de l'est... nous avons choisis l'Europe de l'est. L'idée de départ était de faire un tour en Europe de l'est, nous pensions pouvoir aller en Pologne, Slovaquie, Hongrie, et peut-etre la Roumanie. Comme nous devions absolument etre rentré pour le 17 septembre et que nous ne sommes parti que le 5 septembre finalement, nous avons dû restreindre notre voyage. La veille du départ, nous avons prévu de faire deux groupes de deux autostoppeurs (Simon/Michael et Hugo/Boris) et de nous donner rendez-vous à Boleslawiec, une ville de Pologne près de la frontiere allemande choisie au hasard.

Le 5 septembre 2007

Après une soirée bien arosée, Hugo et moi décidons de retarder notre départ de quelques heures : nous partirons finalement de Louvain-la-Neuve vers 13h, avec plus de 4 heures de retard sur l'autre groupe. Après une grosse heure d'attente, un conducteur s'arrête et nous emmène en direction de Liège, il nous dépose sur une aire d'autoroute à hauteur de Huy. Nous continuons notre stop en direction de la frontiere allemande et vers 16h30 nous arrivons à la dernière station service avant l'Allemagne. Après un rapide casse-croute, nous tendons le pouce et assez rapidement une grosse berline s'arrête et nous emmène dans la direction de Cologne... Il nous déposera finalement sur une station service près de Bochum. De la nous hésitons car nous pouvons aller faire du stop dans les deux sens sans que ce soit un énorme détour... nous visitons les deux aires mais aucune des deux est excellente. Nous nous posons donc à la sortie de l'une d'elles et nous recommencons a faire du stop. La nuit tombe et nous avons peur de ne pas être pris avant le lendemain matin vu l'éclairage plus que moyen dans ces pompes à essence. Heureusement un jeune allemand ne parlant aucune langue que nous parlons nous prend dans sa camionnette... La discussion n'est pas des plus passionnante mais il nous avance quand meme de plus de 400km jusqu'à Eisenach. Nous arrivons aux alentours de 23h et après avoir un peu hésité pour faire du stop de nuit (Nous étions content de notre journée, nous avons décidé de dormir dans cette énorme station service), nous allons acheter des boites de conserves de nourriture étrange mais assez bonne et quelques cannettes de bière histoire de pas s'ennuyer. Nous préparons la nourriture et téléphonons a Simon et Michael pour savoir où ils en sont : Ils sont encore bloqué au Luxembourg (ou il resteront près de 24h!!!). Nous plantons la tente dans un coin d'herbe a l'abris des regards et buvons nos bières en parlant jusqu'à 3h du matin.

Le 6 septembre 2007

Nous nous levons vers 10h30 et après avoir démonté la tente, pris un rapide petit déjeuné et s'etre lavé les dents, nous commencons le stop vers 11h20. Assez rapidement, une voiture hollandaise s'arrête et nous embarquons vers Dresden. Une mère et son fils qui partaient chercher le deuxième fils sur une aire d'autoroute près de Dresden. Il avait l'intention de revenir de Prague jusqu'à Amsterdam en vélo, mais il avait pas pensé que la terre n'est pas aussi plate en Allemagne qu'aux Pays-Bas... tant mieux pour nous. Après une collation sur cette énorme aire d'autoroute nous décidons de recommencer le stop vers la Pologne mais deux autostoppeurs français sont déjà occupé... nous attendons qu'ils se fassent prendre et nous commençons. Après une petite heure et demi d'attente, un polonais travaillant en Allemagne nous prend direction Boleslawiec, notre point de Rendez-vous. Nous arrivons la bas à la tombée de la nuit et nous découvrons une ville assez lugubre... des immeubles qui semblaient désafectés mais qui ne l'étaient pas, des énormes cubes d'habitation à coté du centre ville... nous ne nous sentons pas à l'aise dans cette ville quasiment déserte à 21h30. Nous retirons 200zl à un bancontact, alors que nous ne savons meme pas le cours EUR/zl... Nous érrons dans les rues a la recherche d'un hotel pas cher... nous en trouvons un qui est un peu cher a notre gout mais nous ne voyons pas d'autres possibilités... nous payons 45€ pour deux et nous apprenons que 1€ = 3,8zl... Nous nous douchons (enfin), nous appelons les deux autres qui arriverons a Dresden dans la nuit et nous sortons a la recherche d'un bar polonais. Nous réalisons que cette ville est vraiment jolie dans le centre ville, et nous trouvons un bar au milieu d'un parc au bord etang... très mignon. Après avoir bu quelques demi-litres dans ce bar, nous sortons et faisons la rencontre de trois jeunes polonais qui nous emmenent dans un autre bar de l'autre coté de la ville. Nous scandalisons un peu ce bar avant que la biere et la fatigue commencent a nous jouer des tours... fin des souvenirs...

Le 7 septembre 2007

Le reveil sonne à 8h45, nous nous habillons et descendons voir à quoi ressemble un petit déjeuner polonais : fromage, cornichons, saucisses de francfort, paté, pain, jambon et tête pressée... Nous vidons les restes du buffet (sauf la tête pressée, il faut pas exagerer quand même) et nous remontons dormir. nous nous reveillons vers midi, prenons une douche et partons avant que l'hotel nous demande de payer un supplément (Nous devions être parti pour 10h00)... Nous allons cacher nos sac dans un bois à coté de la ville et puis nous retournons visiter Boleslawiec en attendant le coup de téléphone des deux autres qui avaient prévu d'arriver vers midi. A trois heures ils nous donnent rendez-vous près de l'église... mais comme il y a une église tout les 100m en Pologne, nous avons un peu de mal à les retrouver...


Après ces retrouvailles, nous dinons, et puis nous allons à la recherche d'un bar pour voir on nous irons le lendemain et quels seront les groupes. Nous décidons que les groupes seront Simon/Hugo et Michael/Boris et que nous partirons pour Oswiecim (Auschwitz) visiter ce temple de l'horreur humaine... D'ici là, nous buvons quelques bieres dans ce bar et nous recroisons un des polonais que nous avons vu la veille. Nous quittons le bar aux alentours de minuit et nous allons rechercher nos sacs dans la foret. Nous plantons la tente dans une espèce de jardin un peu a l'exterieur de la ville.

Simon, Hugo et Boris juste après les retrouvailles. Le bar en arrière plan.
L'endroit ou nous avions planter la tente.


Le 8 septembre 2007

Réveillez assez tôt par les aboiement d'un chien, nous démontons la tente, et puis on va manger un bout dans le centre ville avant de se séparer et de se donner rendez vous a Oswiecim. Nous faisons du stop à la polonaise (en remuant la main un peu n'importe comment sur le bord de la route...) et un jeune entrepreneur très sympa nous emmène directement pour Katowice. on se retrouve sur le bord d'une énorme route à 2x 3bandes. De l'autre coté de la route une prostituée a beaucoup de travail. nous allons manger dans un petit chemin qui s'enfonce dans la foret et après avoir refais nos sacs, nous faisons un petit pipi, à ce moment la une énorme file de voiture arrive en klaxonnant, la mariée qui se trouvait dans la décapotable de devant avait l'air de bien rire...

Après cet épisode un peu humiliant, nous reprenons le stop avec un peu de difficultés. Après 2 heures d'attente, une jeep nous prend et nous dépose à Tychy, à une vingtaine de kilomètres de Oswiecim. Nous attendons sous un pont et après quelques minutes une nouvelle jeep s'arrète et nous dépose en face d'un Durum-Kebab du centre d'Oswiecim. Il est pas loin de 18h et nous buvons quelques bieres, mangeons un durum et puis nous allons cacher nos sacs...

Vers 20h30 nous cherchons un endroit ou aller mais nous ne trouvons rien, la ville d'Oswiecim est vide, la pluie (qui tombe quasiment depuis le début de notre voyage) a fait déborder la Vistule. Nous nous demandons ce qu'on va bien pouvoir faire ce soir en attendant les Hugo et Simon (dont c'est l'anniversaire aujourd'hui et qui le fête sous le pont de Tychy avec une tartine au fromage d'anniversaire!) qui devraient arriver le lendemain! Nous entendons de la musique au loin et nous nous guidons à l'oreille jusqu'au terrain de foot communal(ou municipal). Le festival de musique se termine et donc nous ne pouvons pas rentrer mais cette mauvaise nouvelle nous est annoncée par une fliquette si belle qu'elle ne nous ennuie pas du tout. Après une grosse demi-heure de discussion nous quittons les lieux en même temps qu'elle. Nous rejoignons le centre ville et trouvons un jeune polonais gothique qui nous invite dans un bar à l'enterrement de vie de jeune fille d'une de ses amies. Nous passons une bonne partie de la nuit dans ce bar ou il diffuse le match Pologne-Portugal (2-2). L'ambiance était géniale et nous rentrons chercher nos sacs aux alentour de 5h. nous plantons la tente en vitesse, mettons nos sacs détrempés à l'abris et nous endormons très rapidement.

Le 9 septembre 2007

Reveil vers 10h30 dans nos sacs de couchage humides, avec pour le deuxième jour de suite un chien qui aboit, mais celui la à l'air miniscule et à deux doigts de la mort... Hugo et Simon ont déjà essayé de nous téléphoner quelques fois, visiblement ils sont arrivé à Oswiecim. Nous nous donnons rendez-vous sur la place principale et nous les rejoignons après avoir démonté la tente et refais nos sacs. Nous dinons des pates cuisinées sur notre butagaz et nous nous mettons en route. Après avoir caché nos sacs dans un bosquet et s'être renseigné sur la direction à suivre pour visiter les camps d'Auschwitz nous entammons une marche d'une bonne heure sous la pluie.

L'heure est déjà avancée et nous ne saurons pas visiter le musée et le camp de concentration, nous devons faire un choix et nous décidons de visiter le camp de concentration. Nous voyons des touristes pour la première fois depuis notre arrivée en Pologne. Je ne détaillerai pas complètement la visite de ce camp, je signalerai le non respect des touristes pour ce lieu touristique pas comme les autres. Les touristes se prenant en photo devant la grande porte d'entrée comme s'il étaient devant la tour Eiffel (alors que les photos sont interdites), les soldats israeliens prennant des photos au bout des rails en faisant des signes de victoire... Ceci dit, je conseille a tout le monde de visiter cet endroit, et d'aller aussi voir le musée, je regrette de ne pas y être allé.

Nous rentrons à la ville d'Auschwitz(ou Oswiecim) et nous allons manger dans le même Durum-Kebab qu'hier, vu qu'il n'y a pas beaucoup de restaurant dans cette ville et nous allons dans un bar dans une cave sur la place principale. Nous terminons la soirée à quatre, profitons de la prise du bar pour recharger nos portables et nous décidons du programme du lendemain. Le jeune entreprenneur qui nous avait pris de Boleslawiec à Katowice nous avait conseillé d'aller à Zakopane dans les montagnes polonaises(et qui nous avait donné un atlas routier de la Pologne), nous irons donc là... Les groupes seront toujours Hugo/Simon et Michael/Boris. Nous rentrons chercher nos sacs qui sont maintenant complètement trempés et nous montons la tente au même endroit que la veille.

Le 10 septembre 2007

L'endroit ou nous faisons du stop vers Zakopane, près de Cracovie.

Nous nous réveillons relativement tôt, remballons la tente et avalons un petit quelque chose en vitesse. Ensuite nous décidons que Hugo et Simon partiront en premier... Après une demi heure d'attente, Michael et moi allons voir s'ils ont été pris : ils sont parti, nous prenons donc leur place. Nous attendons une bonne heure avant qu'une dame s'arrête et nous prenne pour un village a quelques dizaines de kilometres de là. Après 500m nous voyons Hugo et Simon qui n'avaient pas encore été pris mais qui avaient simplement changé d'endroit pour se faire prendre par un camion. Après avoir expliqué un peu nos vacances à notre conductrice, elle propose de faire un détour et de nous déposer sur une route rapide qui va quasiment directement à Zakopane. Elle nous dépose sur le bord de cette route près d'un petit restaurant campagnard qui attire beaucoup de grosses voitures. Nous mangeons sur le parking de ce restaurant des tartines à quelque chose qu'on pensait être du paté, mais qui avait le gout de nourriture pour chat. Nous rencontrons un chaton qui est effrayé par notre présence et qui se cache en dessous d'une voiture. Les propriétaires de la voiture arrivent et vont la faire démarrer mais nous tentons de leurs faire comprendre qu'il y a un chaton sous leur voiture (pas facile, ils ne parlaient que polonais et apparement les chats polonais ne font pas miaou...). Ils nous laissent quand meme fouiller sous leur voiture mais le chat est introuvable, et ce n'est qu'au moment ou il démarre qu'on le voit sur une des roues avant, heureusement nous avons le temps de les arrêter et de sauver le chaton. Une fois qu'ils ont compris ce qu'on cherchait sous leur voiture ils ont enfin sourit...

Après ce petit épisode nous reprennons le stop sur cette route à un endroit très peu stratégique mais nous n'avons pas le choix... après une petite heure d'attente, deux polonais nous prennent pour Zakopane, l'un d'eux parle l'anglais, et nous sert de traducteur avec le conducteur. Après un petit tour dans Zakopane, ils nous déposent en face de la gare, Simon et Hugo sont arrivé une petite heure avant nous et nous leur disons donc de nous rejoindre à la gare. Quand ils arrivent ils nous apprennent que cette ville est hyper touristique et qu'elle est exactement l'inverse de ce qu'on recherchait... Nous recherchons le camping local et nous y plantons notre tente. Nous prenons une douche qui commencait à se faire attendre et nous essayons de faire secher nos affaires... sans succès!

Après avoir mangé, nous sortons dans cette ville qui doit être très touristique l'été mais qui est quasiment déserte en ce début de mois de septembre. Nous trouvons un bar vide où on pensait qu'il est possible de jouer aux fléchettes... mais non, la machine est en panne. Nous buvons quelques bières et nous nous faisons assez vite jeter car le bar allait fermer (vers 23h...). Nous allons dans un bar-discothèque quasiment désert et nous continuons a boire tranquilement. Quand je passe a la vodka, quelque chose d'étrange arrive. Alors que ça faisait deux soirées que je buvais autant de vodka que de bière, ici après le premier "one-shot" la tête commence a tourner, la nourriture à remonter et les jambes à s'affaiblir. Je rentre seul jusuqu'à la tente où je m'endors plus que rapidement...

Le 11 septembre 2007

Nous nous levons et nous décidons de notre prochaine destination qui sera Poprad, de l'autre coté des montagne et de la frontière polono-slovaque... Les groupes seront Michael/Hugo et Simon/Boris. Nous partons en premier mais nous nous trompons de route : nous marchons une demi-heure en faisant du stop jusqu'au moment ou la route s'arrête et que nous nous rendons compte que nous devons tout faire à l'envers. quand on revient à notre point de départ, nous voyons Hugo et Michael qui font du stop... nous parlons un peu puis nous partons devant. nous faisons du stop en marchant. Un jeune polonais a la voiture Tuné nous prend et nous dépose dans un village quelques kilomètres plus loin. Nous dépensons nos derniers zloty dans une petite épicerie et nous recommencons le stop. Après moins d'une minute un bus passe et Hugo et Michael nous font de grands signes. Le bus s'arrête mais nous ne voulons pas payer pour arriver jusqu'à Poprad. Le bus redémarre et puis se ré-arrête. Michael vient nous expliquer que ce n'est pas payant, qu'ils s'etaient fait prendre en stop par un car roumain qui était vide. Nous montons et nous faisons connaissance avec cet homme qui est professeur d'université et qui fait un voyage d'étude avec ses étudiants. Il partait de Zakopane et allait rechercher ses étudiants dans un camping près de ... Poprad, nous avons de la chance! Nous tranversons la frontière sans difficultés, avec la neige qui était déjà présente sur les sommets avoisinants. Nous arrivons dans un énorme camping quasiment désert. Il y avait une autre tente et deux caravanes... Nous allons acheter de la bière au magasin du camping, allons faire nos pâtes dans la cuisine et nous y rencontrons un couple de néo-zélandais qui voyage en train à travers l'Europe depuis plus de 6 mois. Nous passons la soirée avec eux, Simon a sortit sa guitare, nous jouons au billard du camping en buvant des bières. La pièce est chauffée et ça nous fait du bien, dehors il fait moins de 5 degrés et nous n'avions pas prévu avoir si peu de chance avec le temps. La soirée se termine calmement et nous rejoignons nos tentes vers 1h00.

Le 12 septembre 2007

Nous nous réveillons relativement tôt, rangeons la tente et les sacs calmement, nous en profitons pour faire secher nos vêtements détrempés et nous prenons une douche. Vers 10h30 nous allons à la gare à coté du camping pour rejoindre Poprad. La gare n'est en fait qu'un talus à coté d'une voie de chemin de fer. Nous faisons les 13km qui nous séparent de Poprad en train et une fois arrivé dans cette gare en pleine rénovation, nous nous dirigeons vers un endroit pour faire du stop vers Trencin, comme nous l'avions prévu la veille. Les groupes n'ont pas changé depuis la veille.

Après avoir eu quelques difficultés à trouver la bonne direction, Nous allons acheter une carte routière de la Slovaquie dans une pompe à essence, nous en profitons pour faire notre petit pic-nic. Simon et moi commencons à faire du stop dans un endroit vraiment pas bon, après un feu rouge. Les slovaques prennent très peu en autostop et nous le remarquons bien vite. Ici, nous comptons le nombre de signes que les conducteurs nous font pour passer le temps. Après 3 heures et quelques centaines de voitures, un viel homme s'arrête pour nous déposer à Ruzemboerok, 100km plus loin. Une fois arrivé là bas, nous marchons 2-3 kilomètres afin de trouver un endroit propice à l'autostop et, une fois installé nous tendons le pouce. Quelques minutes plus tard une petite voiture blanche s'arrête, Michael en sort et nous annonce que le chauffeur est en route pour Francfort. Comme Michael et Hugo voulaient voir Prague et que leur chauffeur leur propose de les y déposer, ils nous demandent la permission d'y aller et d'éventuellement se retrouver là bas si nous y passons. Nous leurs disons bien sur que celà ne nous dérange pas et nous les voyons rapartir pour Prague dans leur petite voiture. Simon et moi nous nous demandons quoi faire... Vu que la ville de Ruzemberok n'est pas très jolie et qu'il est encore relativement tôt (à peu près 17h je pense), nous décidons de continuer l'autostop et d'improviser complètement la suite en se dirigeant vers la Belgique.

Après un gros quart d'heure d'autostop, un jeune s'arrête et nous propose de nous emmener à Zilina, à 80km de là... Nous y allons. Nous arrivons une bonne heure plus tard sur le parking d'un hypermarché de la périphérie de Zilina et nous nous demandons quoi faire : Zilina est une grosse ville industrielle qui n'a pas du tout l'air acceuillante pour deux autostoppeurs perdu! Nous allons acheter à manger dans l'hypermarché et nous mangeons un ptit quelque chose avant de suivre (en marchant) les panneaux routiers qui indiquent notre direction. Après une heure et demi de marche (quasiment en rond!) au bord des autoroutes periphériques et dans les terrains vagues qui les cotoient, nous arrivons à ce qui semble être la sortie de la ville. Nous trouvons un endroit où les gens savent s'arreter, et commencons le stop. La nuit commence à tomber, l'endroit est assez sombre et nous nous disons que si nous ne sommes pas pris rapidement, nous allons devoir passer la nuit dans le zoning industriel de Zilina. Heureusement après peu de temps un chauffeur routier vient vers nous et nous propose de nous emmener près de la frontiere tchèco-slovaque(:-)) sur la route de Brno et Prague. Il nous dit juste qu'il doit faire le plein dans la pompe à coté et qu'il viendra après. Nous faisons semblant de continuer le stop, tout heureux d'avoir trouvé un lift et quelques minutes plus tard, quand la nuit est complètement tombée, notre chauffeur vient nous annoncer qu'il y a un problème, qu'il n'a plus d'argent pour faire le plein et qu'il va devoir attendre un collègue pendant longtemps, et qu'il ne saura pas nous prendre; nous lui faisons comprendre que cette nouvelle ne nous arrange pas du tout, que nous sommes coincé etc... Après cela, il nous dit de venir quand même, il met de l'essence dans son camion (en 2 minutes, j'ai l'impression qu'il a fait semblant) et on se met en route vers la République-Tchèque. Il nous dépose une bonne heure et demi plus tard dans une aire de parking, à coté d'une source d'eau très réputée dans la région, sur le bord d'une route qui part vers la Tchequie. Nous plantons la tente dans le jardin d'un ancien bar routier et nous dormons après avoir gouté à cet eau dégeulasse qui coulait a coté de nous.

Le 13 septembre 2007

Nous nous réveillons aux alentours de 9h00, et nous remarquons que beaucoup de slovaques sont là pour remplir leurs dizaines de bouteilles d'eau à cette source. Nous démontons la tente devant eux, ils ne font même pas attention à nous. Nous nous brossons les dents et remballons nos sacs. Nous traversons la route et commencons le stop vers 10h15 dans un endroit qui nous parrait idéal : dans une côte, les voitures nous voient de loin et ne roule pas trop vite, et elles ont un énorme endroit pour s'arreter... que demander de plus? Ceci dit, il nous faut quand même 3 heures pour décoller de cet endroit, et le passage d'une tchèque d'une quarantaine d'année très sympathique mais assez étrange (si nous avons bien compris il est tchèque, convertit à l'Islam, complètement pro-israeliens et anti-palestiniens...) Ceci dit, il nous emmenène jusqu'à Brno, mais avant ça fait un détour par Austerlitz pour nous faire gouter à la gastronomie locale. Il nous paye un resto assez chic, dans lequel nous pouvons rentrer à mon avis uniquement parcequ'il est tard et qu'il n'y a aucun client ou presque. Il nous conseille l'entrée, le plat, le dessert et la bière... Nous reprennons la route pour Brno le ventre plein. A Brno, notre chauffeur fait un détour pour nous déposer sur l'aire d'autoroute après Brno, vers Prague, nous donne tous les renseignements pour trouver un bon endroit ou faire du stop à Prague au cas ou quelqu'un nous dépose en centre-ville et nous donne son numéro de téléphone au cas nous serions encore là le soir, il voudrait bien nous conduire jusqu'à Prague.

L'aire d'autoroute ou il nous a déposé était idéale et, un quart d'heure après notre arrivée nous repartons : un tchèque qui passait dans cette station service juste pour voir s'il n'y avait pas d'autostoppeur à emmener à Prague nous prend. C'est un jeune très sympathique qui revient de Bratislava. Nous parlons football, j'apprend que la Belgique à fait 2-2 contre le Kazaksthan, il rigole bien. Nous arrivons à Prague relativement tard et notre conducteur nous dépose à une entrée d'autoroute à la sortie de Prague. Nous contactons les autres, ils insistent pour qu'on viennent mais nous ne voulons pas marcher jusqu'au centre, et il n'y a pas de transport en commun dans le coin, en plus je n'étais pas trop chaud pour m'aventurer dans le centre d'une si grosse ville. Nous continuons le stop en se demandant à quel endroit faire du stop : au feu rouge d'en haut? au début de l'entrée? vers la fin de l'entrée? nous alternons les endroit mais chacuns ont de gros points faibles (voitures bcp trop rapides, conducteurs ne nous voyant pas assez tôt, pas de place pour s'arreter,...) et après avoir changé d'endroit pendant 2 heures, nous voyons deux filles faire du stop carément sur le bord de l'autoroute. Nous nous mettons sur la fin de l'entrée et nous tendons le pouce, persuadés qu'elles seront prises bien avant nous et que nous pourrons peut-être profiter de leur chauffeur... Après 5 minutes une voiture s'arrete pour nous et avant qu'une des filles ait le temps d'arriver pour demander si elles peuvent venir avec, une deuxième voiture s'arrete pour elles sur le bord de l'autoroute.

Notre chauffeur nous dit qu'il va pas très loin mais qu'il peut nous deposer dans une grosse station service 10km plus loin. Nous acceptons et notre chauffeur nous décris l'aire de repos : "C'est une pompe à essence, une grand parking pour camion et un petit hotel. Il y a beaucoup beaucoup de camions parcequ'il y a beaucoup beaucoup de prostituées" Nous voilà prévenu... A peine arrivé, nous voyons un couple d'autostoppeur hollandais se faire prendre pour la frontière allemande à 200km de là. Il fait nuit donc nous adoptons une autre technique d'autostop : nous resterons assis sur nos sacs a l'entrée du magasin, dans la lumière, en brandissant notre pencarte à chaque chauffeur. Deux minutes plus tard une énorme limousine(au moins 15 mètres de long, à l'américaine...) s'arrete pour faire le plein, nous tentons notre chance mais le couple qui l'a louée ne veut pas de nous... Nous continuons à faire du stop en regardant les prostituées descendre des camions, prendre un chewing gum, négocier avec le camion suivant, jeter sa chic et monter à bord... Après une bonne demi heure, un homme vient vers nous et nous dit qu'il passe par Plzen et qu'il peut nous y déposer. Nous attendons qu'il fasse ses courses, qu'il boive son café et montons dans sa camionnette. Il parle tchèque, allemand, russe et slovaque mais pas nous... nous parvenons quand meme à nous comprendre un petit peu avec de l'italien (il avait déjà fait du stop en Italie et je suis un peu familier avec cette langue) Nous comprennons que sa destination finale n'est pas Plzen mais Cologne, nous arriverons donc le lendemain matin près de la frontière belge.

Le 14 septembre 2007

Nous passons la nuit dans cette camionnette qui sillone les autoroutes allemandes. Notre chauffeur tombe de fatigue et doit s'arreter deux fois dans des aire de repos pour se reposer. Malgré cela, il continue à rouler complètement fatigué, plusieurs fois il lache le volant pour s'étirer, sa conduite devient de plus en plus dangereuse et vers 7 heure nous lui demandons de nous déposer dans une station service à une centaine de kilomètre de Cologne. Nous recommencons le stop épuisé après cette nuit blanche et à partir de la nous remarquons que le stop en Allemagne est assez facile. Nous n'attendons jamais plus d'un quart d'heure le pouce tendu mais nous ne faisons jamais de grandes distances. Nous passons le périphérique de Cologne sans encombre bien que ce soit l'heure de pointe et nous arrivons entre Cologne et Aix-la-Chapelle vers 9h30. Là, un allemand nous prends en direction de Liège, et nous réalisons grâce à son GPS qu'il peut nous déposer jusqu'à l'aire autoroutière de Huy. Ca commence à sentir le retour à la maison. Nous faisons du stop mais peu de gens passent, beaucoup me font des doigts d'honneur (4 en trois quart d'heure). Après ça une belge assez antipathique nous prend et nous dépose à Louvain-la-Neuve, à moins de 50 mètres de ma maison. Simon continue le stop vers chez lui (plus que 15km pour lui) et je n'ai pas le temps d'arriver chez moi qu'il est déjà pris.

Je suis chez moi, je mange un bout, me lave et fait une petite sieste jusqu'à une heure... c'est la fin des vacances mais le début du dernier week-end avant la reprise des cours, profitons-en...